L'écrivain Louis Gardel se souvient de sa jeunesse en Algérie. En 1955, il avait 15 ans. La politique et le fanatisme allaient l'emporter sur les longues années de co-habitation coloniale.