1960. Djamila Boupacha, militante du FLN, est accusée d'avoir posé une bombe et emprisonnée. Elle risque la peine de mort. Durant sa garde à vue de plusieurs semaines, Djamila avoue.